...Qui possède quelles faiblesses

 
 

Les nombreuses qualités du kevlar n’en font toutefois pas un objet indestructible. Nous allons dans cette partie montrer en quoi le gilet est une « fausse » protection…

En effet, nous avons pu constater dans notre enquête que des soldats, protégés pourtant par des gilets, ayant reçu des balles sans toutefois mourir, avaient tout de même subi de graves déséquilibres au niveau de l’organisme… Pourquoi ? C’est ce que nous allons à présent exposer.

Un gilet pare-balles, arrête les balles en absorbant l'énergie cinétique produite par celles-ci. La balle est aussi déformée durant le processus, ce qui limite sa capacité de pénétration. L’énergie absorbée est répartie sur la totalité du gilet. Néanmoins notre organisme absorbe l’énergie, ce qui peut causer des dégâts sur le corps humain.

            Nous rappellerons que l’énergie cinétique est l’énergie produite lors d’un mouvement d’une certaine masse mobile. Son unité est le Joule. On la calcule comme cela :

Energie cinétique = ½ * masse de la balle * (vitesse en m/s)²

            Comme nous l’avons dit, cette énergie cause des dégâts plus ou moins importants sur le corps humain. Or, grâce à nos recherches, nous pouvons à présent calculer ces dégâts grâce à une formule mathématique :

Énergie absorbée par le corps = énergie maximale absorbée (voir tableau annexes) – Energie créée par la balle (équivalente à l’énergie cinétique calculée précédemment).

            Ainsi en fonction du nombre de couches la capacitée d'absorption augmente. Mais la formation d'un cône dynamique est à l'origine des lésions possibles sur notre corps (voir ci-dessous)

  Le cône dynamique

                                    démonstration de la formation de ce cône

            Lors de l’impact, le gilet pare-balles se déforme et crée un cône là où la balle a heurté le gilet. Au même instant les ondes sont émises, influées par le cône et prennent elles même la forme de ce cône, causant plus de dégâts.

C'est pourquoi la protection participe elle-même à la création des dégâts. Ce paradoxe se révèle quelque peu gênant... C’est la formation de ce cône dynamique qui est à l’origine des lésions, voire des fractures. Or c’est l’impact avec la protection qui crée le cône.

Sur la radiographie précédente, on peut voir très précisément la présence du cône dynamique.